Les Girolami-Cortona tome 1 : la bande-annonce !

10/05/2017 11:11

Bande annonce

Bande-annonce de présentation de la saga des Girolami-Cortona, et plus précisément du tome 1 :

 

 

Les Girolami-Cortona relèvent de ces anciennes grandes familles de la noblesse italienne puis corse. Le décès de la matriarche augure l’accomplissement de malédictions sur plusieurs générations. La guerre fratricide de succession commence. Plusieurs testaments sont découverts, sur des supports variés (papier, courriel, vidéo, SMS…), laissant entrevoir préférences, vengeances, lacunes et rancunes. Dans l’un d’entre eux, au travers d’une vidéo postée sur internet la veille du décès, les cinq héritiers sont mis au défi : seul(e) remportera l’héritage celui ou celle qui se sera montré(e) capable de résoudre une énigme à deux têtes. Quel est le vrai testament ? Qui saura dévoiler l’énigme ? Qui sera le digne héritier ? Les secrets de famille les plus enfouis resurgissent, entraînant chaque descendant au cœur d’un parcours initiatique où s’entrechoqueront dévoilements, obstacles, trahisons et retour aux origines. Seuls deux héritiers survivront à cette quête, en renonçant à l’héritage.

 

Chronique littéraire

Et une chronique sortie en corse reconnaissant les mérites de ce premier tome :

http://arritti.corsica/cultura/girolami-cortona-egares-de-saint-antoine/

 

"Eccu dunque un libru riesciutu assai, chì ci conta una storia degna di e tragèdie antiche."

Voici donc un livre très réussi qui nous conte une histoire digne des tragédies antiques.

 

"À l’enterrement de la vieille, il n’y point de pleureuses"

Eccu u principiu di stu rumanzu bellu bellu, chì ci cummove assai. Si tratta di u cunfrontu cù a morte, di e rilazioni mamma/figlioli, è figlioli trà d’elli. Ind’una lingua schjetta, femu u viaghju trà l’Èpitaphe, u primu capìtulu, è l’Èpilogue, passendu pèr l’Oraison funèbre, i Testaments, Post mortem, De prufundis, o a Conversion et transfiguration è a Vendetta.

 

Voici le début de ce très beau roman, qui nous émeut beaucoup. Il est question  de la confrontation avec la mort, des relations mère/enfants, et enfants entre eux. Dans une langue pure, nous faisons le voyage entre  l’Épitaphhe, le premier chapitre, et l’Épilogue, en passant par l’Oraison funèbre, les Testaments, Post morten, De Prufondis, ou la Conversion et transfiguration et la Vendetta. 

 

U lettore hè dunque invitatu à scopre ciò chì si passa quandu more un parente, seguitendu e tappe di i sìntimi chì nàscenu sempre dopu à a morte, è chì à le volte ùn sò cusì bravi.

 

Le lecteur est donc invité à découvrir ce qui se passe quand un parent (un des parents) meurt, en suivant les étapes des sentiments qui naissent toujours après la mort, et qui certaines fois ne sont pas si généreux.

 

More dunque « La Vieille », cusì sarà chjamata long’à u libru. Hè l’ora di fà a festa rispettu à l’ùltime vulintà di a morta. Ma prestu si palèsanu i cunflitti : cumu sapè quale deve tene u piano, i panni… Sè l’interru di La Vieille porghje u sullevu, a so làscita hè fonte di cuntrasti.

 

 « La Vieille » meurt donc, elle sera ainsi appelée tout au long du livre. C’est le moment de faire la fête conformément aux dernières volontés de la défunte. Mais rapidement se révèlent les conflits ; comment savoir qui doit garder le piano, les vêtements… Si l’enterrement de La Vieille procure le soulagement, son héritage est source de conflits. 

 

A narrazione à a terza parsonna ci dà da leghje l’estri di i figlioli : Mimi, Olympe, Marc, Marie è Luc. Cum’è sempre, morta a mamma, nati i ricordi, tal’è l’abìtutine di riceve pà a posta un inguttuppu puzzicosu : u casgiu merzu cù e saltarelle chì u rimore è l’odore impauria u fattore. Morta a mamma, palisati dinù i secreti di famigia : un ziu chì furzava e zitelle, a prova chì i zitelli ùn t’anu micca tutti u stessu babbu o a stessa mamma è chì astri fratellastri pudìanu campà, scunnisciuti… D’altronde, a mamma avia messu ind’u so lettu l’amicaccia di a so figliola !

 

La narration à la troisième personne nous permet de connaître les comportements des enfants : Mimi, Olympe, Marc, Marie et Luc. Comme toujours, après la mort de la mère, les souvenirs reviennent, il est de coutume de recevoir par la poste  une enveloppe qui sent mauvais : un fromage pourri avec des vers dont le bruit et l’odeur effrayaient le facteur. Après le décès de la mère, sont révélés les secrets de famille ; l’oncle qui abusait des filles, la preuve que les enfants n’ont pas tous le même père ou la même mère et qu’il pourrait y avoir  d’autres demi-frères inconnus… D’autre part, la mère avait couché avec la petite amie de sa fille !

 

Si pone dinù u prublema di a làscita : i cinque zitelli t’avìanu tutti un testamentu à prò d’elli, tutt’è cinque falsi. Si scurperà a natura vera di sta làscita : La Vieille hà lasciatu un’induvinella chì deve cundùceli à l’eredità. Vi lasciu scopre l’astre rivelazioni, mintuvendu quantunque chì Maria entrerà ind’u cunventu di Curbara in Balagne, mentre chì Luc, u fratellu, truvarà una morte poca capiscitoghja.

 

Se pose aussi le problème de l’héritage : les cinq enfants avaient tous un testament en leur faveur, tous les cinq faux. On découvrira la vraie nature de cet héritage : La Vieille a laissé une devinette qui doit les mener à l’héritage. Je vous laisse découvrir les autres révélations, en précisant quand même que Marie entrera au Couvent de Corbara en Balagne, pendant que Luc, son frère, mourra dans des conditions suspectes.

 

Questa a storia hè dinù quella d’una famiglia maladetta, chì si stirparà longu à sette generazioni, cioè quella di i cinque figlioli, prima di sparisce. A signatore sarà cunsultata in darnu. Eppò ci sò isse morte strane : quella di La Vieille è quella di u ziu. Quì torna, scupraremu a verità à a fine di u rumanzu. Eccu dunque un libru riesciutu assai, chì ci conta una storia degna di e tragèdie antiche.

 

Cette histoire est aussi celle d’une famille maudite, qui s’exterminera tout au long de sept générations, c’est-à-dire celle des cinq enfants, avant de disparaître. La signadora sera consultée en vain. Et puis il y a ces morts étranges : celle de la Vieille et celle de l’oncle. Ici encore, nous découvrirons la vérité à la fin du roman. Voilà donc un livre très réussi qui nous conte une histoire digne des tragédies antiques.  

 

N'hésitez pas : achetez votre roman pour l'été (ou avant, si vous voulez vous changer les idées !), et offrez-le, même à vos ennemis !

 

Publié à compte d'auteur, il ne bénéficie pas de publicité et a besoin pour se diffuser de vos partages, de vos communications, de vos soutiens. Merci !

 

En vente sur 

Amazon.fr

Amazon.ca

Amazon.com